39-45 Les carnets de la mémoire

RÉALISATEUR Antoine Lassaigne


2011 – 2 x 52 mn


RÉSUMÉ DU FILM

1940 -–Six semaines auront suffi à l’Allemagne pour contraindre la France à cesser le combat. 1 800 000 soldats français sont faits prisonniers. C’est le début d’une captivité qui durera, pour la grande majorité d’entre eux, de longues années…
Fin des années 90 – Les Russes remettent au Service historique de la Défense sept kilomètres d’archives françaises qu’ils avaient saisies à Berlin en 1945. Dans ces archives, ont été retrouvés une cinquantaine de petits carnets confisqués par les Allemands à des prisonniers de guerre français qui racontent leur vie quotidienne. Parmi les auteurs de ces carnets que nous avons réussis à identifier, nous avons rencontré 3 survivants …
Ce que propose ce film documentaire en deux parties, à base d’archives et de témoignages, tourné en France et en Pologne sur les vestiges du stalag VIII c de Zagan en Silésie, c’est d’écouter ces témoins oubliés, Louis Dauge, Henri Courcenet et André Thomasson, nous raconter leur histoire…
Qui sont ces soldats qui nous livrent au jour le jour leurs impressions dans leurs journaux intimes ? Quels sont leurs espoirs ? Leurs déceptions ? Comment ont-ils vécu l’attente, la défaite et la captivité ? C’est ce que révèlent ces « carnets volés ».

SYNOPSIS

Un documentaire en deux parties :
1/ De l’attente à la défaite
2/ De la défaite à la captivité

1ère partie
La drôle de guerre (formule due à Roland Dorgelès) est la période de la Seconde guerre mondiale qui commence la déclaration de guerre par la France et le Royaume-Uni à l’Allemagne le 3 septembre 1939 et se termine par et se termine par l’invasion par cette dernière de la France, de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas le 10 mai 1940. À travers témoignages, archives et évocations, le film recrée l’atmosphère étrange de cette période où l’armée française perd le moral de septembre 1939 et, sous l’effet de l’ennui, de l’inaction, de la morosité, sombre dans une profonde dépression, que ne réussissent pas à contrecarrer les activités sportives ni les animations de music-hall. De Jean-Paul Sartre ou Pierre Dac aux simples soldats, les récits qui nous sont parvenus de cette époque décrivent une guerre irréelle. Si on ne fait rien ou presque à l’avant sur le front, à l’arrière, au contraire, on s’organise et on s’active, les femmes remplaçant les hommes. Autrement dit, la drôle de guerre, c’est le monde à l’envers…

2ème partie
Sur la ligne Maginot, épicentre de la «drôle de guerre», des soldats qui, après avoir attendu pendant des mois que l’ennemi les attaque de face, se voient obligés de défendre soudain contre toute attente, leurs arrières. Mais la ligne Maginot se révèle à la hauteur de son objectif puisqu’elle a été conçue pour que les fortins puissent se couvrir les uns les autres. Après des combats violents, l’armistice est signé. Les 25 000 hommes affectés à la ligne Maginot, qui s’étaient retrouvés à combattre derrière les lignes allemandes, sont contraints de renoncer à se battre. En 1940, plus de 1 800 000 soldats français ont été faits prisonniers. 1 450 000 d’entre eux ont ensuite connu la captivité en Allemagne, près de 1 000 000 pendant cinq ans.


PRODUCTEURS Beau comme une image, France Télévisions, Histoire, Service historique de la Défense

DIFFUSEURS France Télévision, Histoire


button-decouvrir-ds-nos-archives-2